Monuments et Musées

RESULTATS 93
Palaiokastro, village de Saint-Adrien

Au sommet de la colline rocheuse appelée "Paliokastro" ou "Château d'Adrien", à l'Est du village de Saint-Adrien", on a construit un petit fort à la fin du 4ème siècle av. J.C. L'installation appartient à un réseau de fortifications de la période hellénistique, qui avait sous son contrôle la voie terrestre qui reliait la cité d'Argos à Epidauria.

Eglise Notre-Dame de l'Assomption Merbaka ( actuel. Sainte Trinité)

L'église franco-byzantine Notre-Dame de l'Assomption, un des monuments les plus importants du Moyen-Age en Grèce, se trouve à l'extrémité sud du village. La question de sa fondation et de sa datation se trouve depuis des dizaines d'années au coeur des recherches archéologiques.

Maison en forme de tour, Agios Adrianos

Il s'agit d'une maison en forme de tour, de plan presque orthogonal. Elle était constituée de trois niveaux ( rez-de-chaussée, 1er et 2ème étages).

l' Akronafplia

L'aboutissant rocheux de la péninsule de Nauplie, qui porte aujourd'hui le nom de Akronafplia, a une longueur maximale de 800 m, une hauteur de 85 m et une largeur d'environ 250 m. Sur cette péninsule s'élève le Château du même nom. A cet endroit on a trouvé des vestiges d'habitation humaine de toutes les périodes historiques. Dans le cadre du projet de mise en oeuvre du CRSN, de la période 2011-2015, titrant "Mise en valeur du Château d'Akronafplia à Nauplie, M. Nauplie, U.R. Argolide", un travail de documentation a été fait et des travaux ont été réalisés pour mettre au jour, pour nettoyer, pour protéger et pour mettre en valeur le monument par la 25ème Ephorie des Antiquités Byzantines, aujourd'hui Ephorie des Antiquités d'Argolide.

Acropole d'Aléa (Bougiati)

La région d'Aléa (Bougiati) est à 74 km à l'ouest d'Argos. Dans l'Antiquité Aléa était une cité arcadienne avec pour fondateur Aléos, fils d'Aphéidas. L'acropole très bien fortifiée, construite en blocs de calcaire, occupe le plateau de la colline appelé Tapia ou Goula.

Acropole d'Alieis

La cité antique des Pêcheurs a été fondée à la fin du 7ème siècle av. J.C. au sud-ouest d'Hermioni, près de l'actuel Portocheli. On détermine son grand épanouissement du 6ème au 4ème siècles av. J.C.. Après la destruction de Tirynthe par les Argiens, vers 460 av. J.C., de nombreux exilés de Tirynthe s'y sont installés, ce qui est confirmé par les pièces de monnaie de la cité d'Alieis qui portent l'inscription " des habitants de Tirynthe" et datent de la fin du 5ème au début du 3ème siècles av. J.C..

Eglise du Sauveur (Sainte Sotira) d'Anyfi

L'église, qui est connue sous le nom de "Sainte Sotira", se trouve dans une région boisée de la plaine d'Argolide, sur la route de Chonika (actuel. Néo Iraio) qui mène à Anyfi. .

Ancien Monastère de Talantio à Arachnaio

L'Ancien Monastère de Talantio se trouve au sud-est d'Arachnaio et constitue l'un des monuments les plus importants de la région. L'église devait être dédiée aux Archanges, à la Vierge Marie et à Saint Vlasios, et la chapelle à Sainte Marina.

«Kriterio» - Aqueduc, Argos

Au pied de la Larissa, à l’Est, s’élève une terrasse avec un puissant mur de soutènement polygonal et un escalier à l’Est de celui-ci. Deux reliefs inscrits gravés sur les assises polygonales amenèrent à le rapprocher du culte des Dieux Semnoi, comme sur l’Aréopage d’Athènes.

Château de Larisa, Argos

L'histoire des fortifications sur la colline de Larisa commence dès la Préhistoire et continue jusqu'à la période de la révolution grecque de 1821. En suivant l'histoire séculaire de la cité d'Argos, depuis la Préhistoire, on s'aperçoit qu'elle a toujours constitué un poste d'observation fortifié et l'ultime ligne de défense de la cité.

Colline d'Aspida - Deiras, Argos

Ο λόφος του Προφήτη Ηλία, η λεγόμενη Ασπίς, κατοικήθηκε για πρώτη φορά στα τέλη της Νεολιθικής εποχής (3.500 π.Χ.).

L' Héraion d' Argos

L’ Héraion, sanctuaire de la déesse Héra protectrice de la cité-Etat d’ Argos, était le centre religieux officiel de la ville, bien qu’il en soit distant de 8 km.  

L'ancienne agora d'Argos

Sur la portion de plaine à l'est de la colline de la Larissa, on aménagea l'Agora, qui constitue le centre de la vie publique de la cité d'Argos.

Pausanias le Périégète qui visité la cité au IIème s. ap. J.-C., décrit en détail les monuments et les bâtiments publics qui agrémentaient ce lieu. Une partie de l'ancienne Agora fut mise au jour grâce aux fouilles de l'Ecole française d'Athènes à partir de 1952 ; elles se poursuivent encore actuellement en collaboration avec la 4ème Ephorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques rattachée au Ministère de la Culture grec.

Le Prophète Elias, Argos

L'église du Prophète Elias est construite au sommet de la colline basse d'Aspida (Bouclier) (Deirada). Il s'agit d'un espace unique de petite taille avec un toit en bois, qui a, à l'est, un petit arc en plein cintre.

Le Theatre, Argos

C'est sur les flancs sud-est de la colline de la Larissa que fut construit le théâtre à l'époque hellénistique (300-250 av. J.-C.). Avec une capacité d'accueil de près de 20000 spectateurs, il constitue l'un des théâtres antiques les plus grands du monde grec. En usage pendant très longtemps, il a accueilli les concours musicaux et dramatiques néméens, ainsi que les concours en l'honneur d'Héra. A l'époque romaine, il a sans doute été consacré à des concours en l'honneur de l'empereur.

1 de 6   >