l' Akronafplia

Antiquité

L'existence du premier village organisé sur l'Akronafplia est attestée dès la fin du 4ème siècle avant J.C. au moins, où on situe chronologiquement la première période de sa fortification faite de pierres taillées polygonales, qui sont sauvegardées jusqu'à aujourd'hui et constituent la base des murs tardifs.

 Les murs entouraient le rocher où les rochers abrupts de la péninsule ne protégeaient pas l'acropole. Au 7ème siècle avant J.C. La ville de Nauplie a été conquise par sa voisine Argos et est devenue son arsenal et son port. Quand Argos a périclité à la suite de la conquête du Péloponnèse par les Romains, Nauplie est tombée dans l'obscurité à tel point que Pausanias , au 2ème siècle après J.C., dans ses périples en Argolide, la trouve déserte, tout en mentionnant l'existence d'un sanctuaire de Poséidon au sommet de la péninsule.

 Epoque paléochrétienne et byzantine ( 4ème- début 13ème siècles)

 Au cours de la période byzantine, l'habitation dans le Château de l'Akronafplia est attestée par des parties architecturales paléochrétiennes et des pièces de monnaie. Durant la période mésobyzantine on introduit les fortifications à l'est et les deux églises à l'intérieur du château, celle de Saint Andréa et celle des Saints Théodore.

 Occupation Franque ( 1210/12- 1389)

 l'Etat castral, durant cette période, se trouve sous la domination des De La Roche, De Brienne et D'Enghien. Après l'occupation du château par le Croisé Villardouinos, l'Akronafplia est séparée en deux parties par des murailles. La fin de l'occupation Franque survient en 1389, quand Maria d'Enghien, face au danger de la menace turque et de la pression exercée par le seigneur florentin de Korinthe Nerio Acciaiuoli, cède Nauplie aux Vénitiens.

1ère Occupation Vénitienne ( 1389- 1540)

Après l'occupation d'Argos (1463) et de Chalkida (1470) par les Turcs, les Vénitiens envoient à Nauplie, en tant que gouverneur ( podestà), Vittore Pasqualigo, accompagné de l'architecte Antonio Gambello. Ces derniers s'engagent dans l'exécution d'une série de travaux de fortification et d'infrastructures, qui changèrent l'apparence de l'Akronafplia. Les travaux de fortification s'adaptent dorénavant aux armes à feu. D'abord c'est la partie Est de l'Akronafplia qui est fortifiée avec la création du Castello di Toro, alors que parallèlement le mur Est est refaçonné, avec l'ajout de scarpa- d'arcs-boutants, le scellage de la Porte et la construction d'une nouvelle entrée à l'extrémité sud. Plus tard, au milieu du château franque, on élève la Traversa Gambella, ensemble de fortification fait de bastions et de portes. 

La ville s'étend vers le nord, au détriment de la mer, avec la technique des alluvions et des fondations sur des poteaux en bois et ainsi naît la ville d'en Bas. Cette dernière a été renforcée du côté de la mer par des murs et du côté de la terre ferme, on a construit la "Porte de la Terre Ferme" ( Porta di Terraferma). On a transféré le centre administratif dans la ville d'en Bas. De plus, l'entrée du port a été sécurisée par la fortification de l'îlot rocheux Bourtzi.

1ère Occupation Turque (1540-1686)

Nauplie a été le siège du gouverneur turc du Péloponnèse. La mosquée sur le côté Est de la Place de la Constitution (Syntagma), où aujourd'hui est abrité le théâtre "Trianon", est un monument de cette époque. Le navigateur turc Evligia Tselebi, qui a visité la ville en 1668, rapporte qu'au Château de l'Akronafplia il y avait beaucoup de maisons et une grande mosquée, la Fetchié, qui initialement était une église chrétienne dédiée à Saint Andréas, au sommet de la colline. Des maisons à plusieurs étages, avec des sachnisi (projection fermée de l'étage, munie de baies vitrées), des ouvertures grillagées, étaient rassemblées dans la ville d'en Bas. On peut dater de cette période des interventions isolées de fortification de réparation à l'Akronafplia.

2ème Occupation Vénitienne (1686- 1715)

Cette période, bien qu'éphémère, a été très importante pour la ville. Nauplie, en tant que Napoli di Romania, devient la capitale du royaume de Morea ( Regno di Morea) et les Vénitiens se consacrent à un rythme soutenu à la fortification du rocher de Palamidi, en élevant le complexe fortifié que nous voyons aujourd'hui, oeuvre qui constitue un exploit dans l'Histoire de la Fortification. La fortification de Palamidi a entraîné la dévalorisation du Château de l'Akronafplia, qui n'est destiné qu'à l'usage militaire par décret des Vénitiens, en 1686. La section Est du Château de l'Akronafplia et la Porte de la Terre Ferme de la ville d'en Bas ont été renforcées par la création d'un nouveau bastion, qui a pris le nom de l'Intendant général du Péloponnèse Grimani (1706). Le même Intendant général a donné son nom à un bâtiment réservé à l'hébergement des soldats, qui a été érigé en 1706, à l'endroit du complexe hôtelier actuel "Nafplia Palace", (Casernes Grimani). La poudrière a été construite la même année à l'ouest du diateichisma (mur intérieur). En 1713, l'Intendant général Agostino Sagredo construit la Porte de Sagredo, sur le mur nord du château Roméiko. Le Hangar de la Flotte, devenu le Musée archéologique actuel, est érigé en 1713 sur la place de la Constitution (Syntagma).

Temps modernes

La prise de Palamidi, vers la fin de 1822, par l'armée de Kolokotroni, a entraîné la libération de Nauplie de l'emprise des Turcs. La ville est désignée en 1827 comme première capitale de l'Etat grec nouvellement créé. Le premier Gouverneur de la Grèce, Ioannis Kapodistrias, débarque à Nauplie en 1828. Au Château de l'Akronafplia, la Caserne Grimani, qui tombait en ruine, est reconstruite et prend le nom de Caserne Kapodistria, pour ensuite être transformée en prisons. Parallèlement, on nettoie les forts de l'Akronafplia des amas de ruines. Les édicules disséminés sont refaits pour servir à abriter la garde, alors qu'à la même époque, à côté du mur Est, on édifie le premier Hôpital Militaire et la petite église des Saints Anargyri. Durant l'après-guerre 1950-1975, le Château de l'Akronafplia est devenu le centre d'un développement touristique intense, avec la construction de deux complexes hôteliers, de l'Hôtel Xénia à l'ouest de la péninsule (1961) et de l'Hôtel Xénia Palace, au nord-est (1971).