Château de Larisa, Argos

Données Historiques

L'histoire des fortifications sur la colline de Larisa commence dès la Préhistoire et continue jusqu'à la période de la révolution grecque de 1821. En suivant l'histoire séculaire de la cité d'Argos, depuis la Préhistoire, on s'aperçoit qu'elle a toujours constitué un poste d'observation fortifié et l'ultime ligne de défense de la cité. Le château est mentionné pour la première fois à l'occasion de son occupation en 1203 par Léon Sgouros. Après sa mort, il est administré par Théodoros Angelos jusqu'en 1212 et ensuite le château passe aux mains des de la Roche, ducs d'Athènes, et en 1309 de la Famille des de Brienne. En 1388 Maria d'Enghien vend Argos et le château aux Vénitiens, mais avant que ces derniers s'y installent, Nerio Acciajuoli et le Despote Théodoros Ier s'emparent du château, mais en 1394 ce dernier le rend aux Vénitiens. En 1397 Larisa, après avoir été occupée temporairement par les Ottomans, est détruite et désertée. Les Vénitiens reviennent au château, mais ce dernier passe sous la domination ottomane de 1463 à 1686, où il est repris par les Vénitiens de Morosini. Vers 1700 une explosion détruit la tour centrale ronde du château qui était utilisée comme poudrière et à sa place, un peu plus tard, on construit le bastion qui est conservé. La deuxième conquête ottomane a lieu en 1715. Les aventures du monument continueront pendant la Révolution Grecque, avec des batailles s'y déroulant. Au début du 20ème siècle, W. Vollgraff commence des fouilles qui révéleront surtout son intérieur.

 

Description

Des traces de la fortification mycénienne (13ème siècle av.  J.C.) sont conservées dans l'acropole du château, alors que des parties architecturales monolithiques de la fortification mycénienne ont été réutilisées pour les fortifications ultérieures du Moyen-Age.

Bien que l'endroit n'ait jamais cessé d'être utilisé de la Préhistoire à la Seconde Guerre Mondiale, la forme actuelle du château s'est cristallisée au Moyen-Age. Les murs antiques, dont certaines parties sont encore visibles aujourd'hui incorporées à la maçonnerie ultérieure, ont constitué le critère principal du tracé de la fortification du Moyen-Age. La fortification est composée de l'acropole au sommet et d'un mur d'enceinte extérieur. Les murs sont renforcés par des tours, généralement trilatérales ou quadrilatérales. Plus tard, à partir du 15ème siècle avec l'arrivée des armes à feu, le château connaît de grandes transformations et il est renforcé par des tours rondes.

Dans l'acropole il devait exister le centre de commandement et des installations militaires. C'est là qu'on a repéré une église du premier millénaire. En 1174, à sa place, on a construit une église plus petite dédiée à Notre-Dame. Un tissu d'habitation, qui demeure inexploré, se développe dans le mur d'enceinte extérieur. De grandes citernes ( réservoirs) existaient dans les deux murs d'enceinte du château. Cette forme est conservée jusqu'à la fin du 14ème siècle, avec des renforcements et de petites interventions de Byzantins et de Francs et fait de Larisa, comme il est mentionné aussi dans la Chronique de Morée, l'un des quatre châteaux les plus puissants du Péloponnèse.

Au cours du 15ème siècle il y a eu de gros travaux de renforcement des fortifications dus à l'alternance successive de souverains du château entre Vénitiens et Ottomans, mais aussi aux évolutions dans l'architecture de fortification en raison de l'arrivée des armes à feu. Entre autre, on construit un rempart qui isole la partie sud du mur d'enceinte extérieur. La fortification extérieure est renforcée par de grandes tours rondes, qui portent des canonnières. Le mur de l'acropole est surélevé et renforcé par des tours trilatérales, quadrilatérales et une tour en amande. En même temps, la porte byzantine est condamnée et on en construit une autre, un peu plus à l'ouest. Après le milieu du 15ème siècle, on construit la tour centrale ronde, impressionnnante, détruite aujourd'hui, dans le coin Nord-Ouest de l'acropole.

Au cours du 16ème siècle, la partie du mur d'enceinte extérieur au sud du rempart de séparation est abandonnée et désertée, alors qu'on ajoute un avant-mur dans la partie sud de l'entrée de l'acropole, en créant ainsi une cour extérieure. A l'extrémité Est de l'avant-mur on fabrique un passage avec une double porte.