Monastère de Saint Dimitrios Avgou, Iria

Le monastère est construit sur le ravin abrupt de Rados. Il s'agit d'un complexe monastique de trois étages, constitué de cellules et d'espaces qui encadrent l'église et adapté aux cavités du rocher naturel escarpé qui surplombe la vallée. L'église à double nature se trouve au deuxième étage et est constitué de deux églises: l'église des Saints Théodore qui est en forme de croix et l'église de Saint Dimitrios qui est couvert par une voûte d'arête. On situe la fondation du monastère au 11ème siècle, alors que le caractère fortifié final du monastère a dû être élaboré au cours des premières décennies du 16ème siècle, quand la région constituait le fief des Palaiologoi. Des fragments de fresques ont été préservés à l'intérieur. La chapelle de la Transfiguration qui porte deux couches de fresques, dont la plus ancienne est située au 13ème siècle, a été aménagée dans la grotte naturelle au-dessus de l'ensemble du monastère. L'organisation d'un seul tenant de l'église et des dépendances, les fenêtres étroites, l'intérieur dédaléen et les canonnières au-dessus de l'entrée accentuent le caractère fortifié du monastère. Le monastère semble avoir connu une apogée particulière au cours du 17ème siècle. De nombreux bâtiments en rapport avec son fonctionnement à l'époque de son apogée ont été préservés autour du groupe principal du monastère. On peut voir ainsi dans l'aire de surfaces plates environnantes, des bâtiments d'entrepôt et de chambres d'hôte, alors qu'on rapporte aussi l'existence d'un moulin à eau. Le déclin du monastère a commencé après son incendie volontaire causé par Ibraïm en juin 1825. La dissolution définitive du monastère a été décidée par un décret relatif de 1833 et le monastère n'a pas été réouvert depuis. Le Ministère de la Culture a fait exécuter des travaux de fixation au monastère à la fin de la décennie de 1980.